Typographie d’entreprise : une denrée pas si rare !

Ombre top

Une personnalisation de la communication de marque renforcée et un élément d’attribution et de cohérence important

 

OBJECTIFS :

  • Se distinguer, renforcer l’unicité de la marque
  • Permettre une meilleure mémorisation des messages et donc de la marque
  • Renforcer la connivence et la proximité avec les publics de la marque
  • Affirmer et renforcer le statut de la marque

Vous les côtoyez au quotidien… vous les remarquez dans la communication… vous les “enregistrez” et les associez aux marques qu’elles accompagnent… mais c’est quand on attire votre attention sur leurs personnalités particulières que vous les découvrez vraiment.

Les typographies de marque personnalisées sont finalement de plus en plus nombreuses car elles remplissent tous les objectifs cités ci-dessus.

Dans un monde ou chaque action de communication doit « être rentable » et apporter un bénéfice à la marque, la typographie personnalisée constitue à la fois une récurrence rassurante (“Oui, c’est bien telle marque qui me parle”) mais aussi un élément de décodage lié à la marque. Le fait de “reconnaître” la typographie oriente automatiquement vers la marque qui l’a générée.

 

Une affaire de spécialistes

C’est une affaire de spécialistes, de typographes aguerris qui maîtrisent parfaitement leur sujet. Des hommes et femmes peu ou pas connus du grand public, qui mettent leur talent au service des marques à travers les agences de design ou de communication qui les mandatent.

Ce phénomène est à rapprocher du principe de décodage des logotypes : si on écrit Colibri dans la typographie Coca-Cola, la plupart des gens vont lire Coca-Cola, car le cerveau aura reconnu les formes et le graphisme associés à cette marque. C’est le signe qui est d’abord décodé.  Faites le test ci-dessous, vous verrez que vous percevrez les valeurs des marques par le graphisme et les formes avant le nom.

 

Quand le signe l’emporte sur le nom

Une marque est la superposition d’un nom et d’un signe. Le résultat de cette combinaison est une image, une histoire et comme nous l’avons vu, une valeur. L’expérience ci dessous montre que le signe tend à l’emporter sur le nom dans la communication free robux du contenu d’image.

  1. Au premier regard, la marque 1 est une marque américaine d’automobiles : l’ovale bleu et la typographie « script » imposent Ford alors que nous lisons « Fiat ».
  2. De même, en 2, bien que lisant « Gitanes », marque très connue en France, nous percevons « Camel »,  marque moins proche de nous, par le jeu du graphisme et de la couleur.
  3. En 3, et bien que « ELF » ait le bleu et le rouge pour couleurs, le caractère et l’ovale nous font voir « Esso ».
  4. Enfin, en 4, le remplacement du caractère gothique de Kronenbourg par le dessin plus raffiné de la marque Carlsberg modifie l’image de Kronenbourg, l’allégeant et la sophistiquant.

D’où l’importance d’un logo spécifique et de codes de marques uniques.

 

À méditer…

Autre similitude liée au même principe de reconnaissance, vous allez pouvoir déchiffrer et lire correctement le texte qui suit… alors qu’il est truffé de fautes… à méditer.

« Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire lteetrs sinoet à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porblmèe. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot. »


Retour aux articles

Typographie Campagnes CitroënCampagnes EurostarMarques détournées